Le stress n’est pas seulement désagréable : il est également un véritable ennemi pour la santé ! Plus surprenant : il peut également avoir un impact sur notre poids.

 

Plus de 9 Français sur 10 seraient stressés, essentiellement à cause de leur vie professionnelle, de leurs finances, et de leur vie personnelle ! Sans compter les autres causes possibles : réseaux sociaux, actualité morose…

Le stress est donc globalement considéré comme quelque chose de normal, mais il s’agit pourtant de la cause de nombreux problèmes de santé.

 

Le cortisol : un déclencheur de la faim

Le stress active chez l’être humain la libération du cortisol. Indispensable à la survie de l’être humain, cette hormone, qui déclenche une réaction combat/fuite, est supposée à l’origine s’activer lorsque nous sommes en danger, juste après la poussée d’adrénaline pour nous donner l’énergie nécessaire à surmonter nos problèmes.

Une fois le pic d’adrénaline passé, le cortisol déclenche un signal pour la faim, à l’origine pour nous pousser à nous rassasier après un stress ayant provoqué une dépense physique importante. 

Le problème : le corps ne fait pas de différence entre un réel danger physique et une source de stress ordinaire, comme des problèmes au travail. De plus, nos problèmes contemporains de stress sont souvent permanents (travail, transports, problèmes familiaux…), ce qui fait que nous secrétons du cortisol en continu, et donc en trop grande quantité.

Résultat : quand on est stressé, on a en général souvent faim, sans que cela ne corresponde réellement à un besoin physique. Il en résulte un cercle vicieux qui va faire que l’on va manger davantage et prendre du poids, ce qui pourra en retour causer plus de stress.

 

Le neuropeptide Y stimule la production de masse graisseuse

Le cortisol, tout en étant le principal responsable, n’est pas le seul coupable de la prise de poids en cas de stress. Selon une étude publiée dans la revue Nature Medicine par des chercheurs américains et australiens, il déclencherait la synthèse d’un peptide produit notamment par l’hypothalamus augmenterait en cas de stress. Ce peptide stimulerait alors la production de masse graisseuse et notamment abdominale. Même sans apport calorique excessif, il est donc possible de grossir lorsqu’on est stressé.

 

Un métabolisme basal ralenti

En cas de stress intense, nous produisons également de la betatrophine, qui a pour caractéristique de ralentir notre métabolisme basal (au repos), en inhibant l’action de l’enzyme PBPLA2 qui « casse » les molécules lipidiques pour leur métabolisation. Une fois le métabolisme basal ralenti, on va avoir tendance à prendre du poids plus facilement

 

Un sommeil perturbé

Enfin, le stress tend à perturber notre sommeil… qui lui-même aide à se détendre et à entretenir une sensation de satiété. Un manque de sommeil entraînera ainsi non seulement une production accrue de cortisol, mais aussi une augmentation de la quantité de ghréline, hormone qui stimule l’appétit, et une diminution de la leptine, qui, elle, envoie le signal de rassasiement. Là aussi, nous sommes face à un cercle vicieux !

 

Aucun doute donc : le stress est mauvais pour la ligne. Contrairement à ce que peuvent laisser croire les statistiques, être stressé en permanence n’est pas réellement normal.  Trouver un moyen d’y remédier est important pour votre santé !